En passant

CORONAVIRUS ET PLONGÉE

Reprise progressive de la plongée

Une sériole en Méditerranée

Phase 3 : synthèse des mesures à respecter

En phase 3 du déconfinement, les mesures à respecter concernant la pratique de la plongée sont définies par : 

  • (1) Le décret n° 2020-663 (en particulier, articles 1er, 3 et 44) ; 
  • (2) L’Instruction du ministère des Sports n°DS/OS2/2020/100 du 23 juin 2020 ; 
  • (3) Des prescriptions complémentaires publiées par les fédérations délégataires (FFESSM pour la plongée et les sports subaquatiques), conformément à l’Instruction du ministère des Sports (ces prescriptions fédérales remplacent le Guide d’accompagnement de reprise des activités sportives publié par le ministère des Sports entre le 11 mai et le 22 juin 2020, lors des phases 1 et 2 de déconfinement). 

1. HYGIÈNE 

Obligations de l’exploitant (et de l’encadrement) 

  • L’exploitant de l’établissement facilite l’hygiène des mains des sportifs par la mise à disposition d’un point d’eau, de savon et d’essuie-mains à usage unique ou de produit hydroalcoolique, notamment à proximité des vestiaires (2). 
  • Le nettoyage désinfectant des vestiaires individuels est réalisé au moins une fois par jour (2). 
  • Mise à disposition d’une poubelle pour les mouchoirs et essuie-mains à usage unique (1). 
  • Rinçage et décontamination systématique du matériel prêté ou loué (combinaisons, gilets, détendeurs, tubas, masques, poignées de bouteille, robinetterie…) (3). 
  • Lorsque la pratique s’organise avec un matériel personnel, il ne doit être ni échangé ni partagé (2). 
  • Les actions de partage de matériel pendant l’activité sont proscrits (3). 

Consignes individuelles 

  • Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou par une friction hydro-alcoolique (1) ; 
  • Se couvrir systématiquement le nez et la bouche en toussant ou éternuant dans son coude (1) ; 
  • Se moucher dans un mouchoir à usage unique à éliminer immédiatement dans une poubelle (1) ; 
  • Eviter de se toucher le visage, en particulier le nez, la bouche et les yeux (1). 

2. DISTANCIATION 

De manière générale, distanciation physique d’au moins un mètre en tout lieu et en toute circonstance (1). Dans le sport, distanciation physique de deux mètres, sauf lorsque, par sa nature même, l’activité sportive ne le permet pas (1) [En plongée, cette mesure ne peut pas être respectée (3)]. 

3. MASQUES DE PROTECTION 

  • Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent pas être garanties (1). 
  • Sauf pour la pratique d’activités sportives, le port du masque est obligatoire dans les établissements, pour les personnes de onze ans ou plus (1). 

4. VESTIAIRES 

Les vestiaires collectifs doivent être fermés (1,2). Seuls sont autorisés les vestiaires individuels (voir hygiène ci-dessus) et la traversée des vestiaires collectifs lorsque la circulation ne peut être organisée autrement (2). 

5. NOMBRE DE PRATIQUANTS 

Les établissements sportifs peuvent recevoir plus de 10 personnes (2) à la condition de respecter les règles définies, en particulier, aux articles 1er et 44 du décret 2020-663. 

6. CONSEILS MEDICAUX 

Il est conseillé d’utiliser le questionnaire CoViD 19 de la FFESSM3 et de respecter les recommandations de sa commission médicale et de prévention. 

7. PLAN DE DÉCONFINEMENT DANS LES OUTRE-MER 

Application de l’instruction du ministère des Sports selon l’appréciation des autorités/Préfets de chaque territoire (2). 

COMPRENDRE POUR MIEUX SE PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES

REPRISE PROGRESSIVE DE LA PLONGÉE

Une sériole en Méditerranée

Introduction

Le coronavirus SARS-CoV-2, est apparu fin 2019 dans la ville de Wuhan (Chine) puis s’est propagé dans le monde entier, causant une pandémie. A ce jour, il n’existe ni traitement ni vaccin. Les recherches sur un vaccin pourraient aboutir, au mieux, mi-2021. 

La prévention (gestes barrière, distanciation, tests puis isolement des porteurs du virus) est donc le moyen d’action essentiel contre le coronavirus afin de casser les chaînes de transmission. 

Dans le cadre de la pratique de la plongée, la reprise doit être progressive après vous être assuré(e) que vous n’êtes pas porteur du virus et que vous n’avez pas été contaminé(e) récemment (Auto-questionnaire.
Vous devrez adopter des mesures d’hygiène, de distanciation et des gestes barrière stricts. L’utilisation de votre propre matériel, sans l’échanger avec d’autres, doit être privilégié.


Accès rapide

Fiches information Plongée Plaisir

Commission médicale de la FFESSM

Médecin fédéral national

MEDSUBHYP

CNPS

Ministère des sports

Autres textes

Règlementation


Transmission du SARS-CoV-2

Les coronavirus sont transmis par :

  • contact (sujet infecté, objets, surfaces, [embouts, masques, … en plongée]) ;
  • inhalation de gouttelettes (toux, éternuement) ;
  • inhalation d’aérosols, principalement lors d’efforts importants (course, vélos, …).

Survie du SARS-CoV-2

« La survie du SARS-CoV-2 dans l’environnement n’est pas connue mais pourrait s’apparenter à celle d’autres coronavirus. La durée de survie est conditionnée par plusieurs paramètres comme le type de support, l’humidité résiduelle, la température, la quantité de liquide biologique et la concentration virale initiale. Par analogie avec les données rapportées pour d’autres coronavirus, la durée de survie de SARS-CoV-2 sur un support pourrait aller, selon la nature des matériaux et la quantité de virus déposée, de 2 heures à 9 jours à température ambiante. » (Institut Pasteur)

Le coronavirus survivrait dans l’eau de mer, mais uniquement quelques minutes (des études sont en cours). 


Puis-je reprendre la plongée ? Sous quelles conditions ?

Infographie et document

Puis-je reprendre la plongée ?

Infographie de la Commission Médicale et de Prévention Nationale de la FFESSM et auto-questionnaire (.pdf) visant à informer les personnes et à pouvoir en faire la preuve, sans conserver pour autant d’informations médicales sur les personnes (sur le modèle du Questionnaire de Santé Sport diffusé par le ministère des Sports – QS Sport Cerfa 15699).


Fiche Information Plongée Plaisir

Plongée et coronavirus : comprendre pour mieux se protéger (informations et conseils pour la reprise)

Cette fiche information Plongée Plaisir fait le point sur le coronavirus et la plongée : reprise progressive de l’activité, certificat médical, nettoyage et désinfection du matériel, mesures d’hygiène et de distanciation demandées par le ministère des sports pour permettre la reprise de l’activité.

Dernière mise à jour : 22/06/2020


Résumé des principales dispositions relatives à la plongée (ministère des sports)

Accueil des pratiquants

  • Organiser l’activité au sein de la structure par groupes de 10 personnes maximum (encadrement compris)* ; 
  • Limiter l’accueil aux seuls pratiquants (sans accompagnants) ; 
  • Organiser le cas échéant les rendez-vous sur site d’embarquement ou de pratique pour limiter l’utilisation de véhicules collectifs ; 
  • Organiser un chemin de circulation dans les locaux supprimant les croisements de personnes et interdire l’accès aux vestiaires ; 
  • Rappeler par affichage les consignes et les gestes « barrière » ; proposer du gel à l’entrée des structures ; 
  • Favoriser les procédures sans contact ; 
  • Utiliser les outils numériques pour la délivrance des brevets ou attestations ; 
  • Pour les personnes ayant présenté les signes cliniques d’infection au Covid-19 ou ayant fait l’objet d’une détection virale par prélèvement, produire un certificat médical d’absence de contre-indication (CACI) avant toute pratique. 

Cela rejoint l’article 44 du décret 2020-663 qui indique que les regroupements doivent se limiter à des groupes de 10 personnes maximum dans l’espace public. Selon les déclarations du Premier ministre (éléments de la stratégie nationale de déconfinement progressif) cette notion de groupes de 10 personnes “ne peut être confondue avec l’effectif maximum accueilli dans une enceinte donnée. Ainsi, dans le cadre d’une pratique organisée, si aucun groupe de plus de 10 pratiquants (encadrant compris) ne saurait être constitué, plusieurs groupes de 10 pratiquants pourront être accueillis simultanément dans le même équipement dès lors que : 
– Chaque groupe respecte en son sein les règles de distanciation physique imposée pour la pratique sportive ; 
– L’espace disponible, la pratique proposée et les modalités de circulation et d’espacement des groupes se conforment aux principes généraux de distanciation.

Infographie

Certificat médical

Infographie de la Commission Médicale et de Prévention Nationale de la FFESSM.

web

Dossier de la Commission Médicale et de Prévention Nationale à propos de la plongée et du coronavirus : conditions de reprise, certificat médical, information des plongeurs, mesures de décontamination du matériel …


Transport en bateau

  • Organiser l’activité au sein de la structure par groupes de 10 personnes maximum, encadrement compris*
  • Rincer et désinfecter systématiquement les parties « communes » avant le départ en activité (rampes de remontée, tableaux de bord, mains courantes…) ; 
  • Réserver l’accès à la cabine au seul pilote ou équipage du bateau ; 
  • Espacer les mises à l’eau des pratiquants et des palanquées pour éviter tous contacts sur le bateau ; 
  • Espacer les remontées à bord sur le bateau en fin de plongée.

* Stratégie nationale de déconfinement progressif présentée par le Premier Ministre : « Il est également rappelé que la notion de rassemblement de plus de 10 personnes ne peut être confondue avec l’effectif maximum accueilli dans une enceinte donnée. Ainsi, dans le cadre d’une pratique organisée, si aucun groupe de plus de 10 pratiquants (encadrant compris) ne saurait être constitué, plusieurs groupes de 10 pratiquants pourront être accueillis simultanément dans le même équipement dès lors que :

  • Chaque groupe respecte en son sein les règles de distanciation physique imposées pour la pratique sportive ;
  • L’espace disponible, la pratique proposée et les modalités de circulation et d’espacement des groupes se conforment aux principes généraux de distanciation. »

Locaux et équipements

  • Désinfecter systématiquement les locaux et matériels selon les fréquences appropriées ; 
  • Favoriser le recours aux équipements personnels (avec information préalable sur la nécessaire désinfection préalable des matériels) ; 
  • Rincer et désinfecter systématiquement les matériels prêtés ou mis à disposition entre chaque utilisation (combinaisons, gilets, détendeurs, tubas, masques, poignées de bouteille, robinetterie…) dans le respect des préconisations des fabricants ; 
  • Informer les pratiquants de la nécessité de se munir d’une bouteille d’eau ou gourde personnelle ; 
  • Procéder aux opérations de gonflage des bouteilles dans des zones sécurisées (périmètre installé au tour de la prise d’air, opérateur muni de gants et masque, zone interdite d’accès). 

Fiche Information Plongée Plaisir

Nettoyage et désinfection du matériel de plongée

Comment décontaminer le matériel de plongée ? Quelle différence entre le nettoyage et la désinfection ? Comment procéder ? Quels produits utiliser ? Quelles précautions faut-il prendre ? Dois-je changer mes habitudes ?

Dernière mise à jour : 17/05/2020


Fiche Information Plongée Plaisir

Les « gouttelettes » expirées par une personne pouvant être :

  • très petites, de l’ordre de 0,5 micron ;
  • se propager sous forme d’aérosols (dans l’air ambiant) ;
  • ne pas être arrêtées par les filtres de compresseurs les plus sophistiqués (la dimension maximum des particules qui peuvent traverser les filtres varie de 1 à 10 microns).

Quelles précautions doit-on prendre pour le gonflage durant la période de SARS-CoV-2 ?

Dernière mise à jour : 27/05/2020


Aspects techniques et pédagogiques

Plongées du mois de mai : prudence !
  • Eviter les contacts et proscrire les échanges ou partages de matériel (ex. pas d’échange d’embout, éviter les répétitions d’exercices à terre) ; 
  • Réaliser les briefings dans les espaces extérieurs et selon des règles de distanciation interpersonnelles appropriées (2 m entre chaque pratiquant), privilégier les affichages tableau (affichage consignes, contenus de séance) ; 
  • Avant la plongée, systématiser le rinçage du masque en pleine eau (suppression des récipients à usage collectif) ; 
  • Maintenir le détendeur en bouche et le masque sur le visage dans les différentes phases (mise à l’eau, déplacement en surface, remontée à bord ou au bord) ; 
  • Majorer ou minorer, dans le sens d’une plus grande sécurité, les paramètres chiffrés servant à planifier la plongée : autonomie en air, saturation, durée maxi d’immersion, profondeur maximum, durée totale de remontée (DTR) ; 
  • Si les cours de théorie en présentiel sont indispensables, réduire le nombre d’élèves pour permettre le respect des règles sanitaires générales. 

Infographie

Ecoutez vos sensations

Infographie de la Commission Médicale et de Prévention Nationale de la FFESSM visant à responsabiliser les plongeurs en immersion.

EPI & Plongée

Les EPI sont, selon la directive européenne 89/686/CEE :
« tout dispositif ou moyen destiné à être porté ou tenu par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa santé ainsi que sa sécurité ».
Concernant la pratique sportive ou de loisirs, pour certains EPI dits « pour la pratique Sportive et de loisirs – EPI-SL », cette directive est transposée dans le droit français par les articles R322-27 à 38 du code du sport.
EPI
Les types d’EPI encadrés par le Code du travail dans le domaine de la plongée sont les suivants:
– Détendeur à la demande air,
– Manomètre sous-marin,
– Robinet de bouteille de plongée,
– Profondimètre,
– Bouée d’équilibrage,
– Bouée d’équilibrage et de sauvetage combinée,
– Vêtements de plongée,
– Détendeurs à la demande
– Appareils à circuit fermé,
– Narguilés,
– Tuba.
Ceux soumis aux dispositions du Code du sport concernant les EPI pour la pratique de sport et de loisir :
– Lunettes et masques de plongée : EPI de catégorie I
Définition de l’EPI d’occasion : qui a déjà servi au moins une fois
Réglementation FRANCAISE : (application depuis juillet 2010 )
– Code du Sport :
article R.322-37,
puis A322.176 et 177
==> Fiche de gestion
– Code du travail :
arrêté du 22 octobre 2009 (article R.4313-14 à 17)
==> Fiche de gestion

 SUIVRE SES EPI (obligation de résultat) : 

– Numérotation individuelle de chaque EPI physiquement
– Conservation de la notice papier du fabricant (une par millésime et par modèle)
– Création d’une fiche de gestion individuelle avec en informations obligatoires (pas d’obligation de forme : peut être cahier, feuille, fichier excel,…) :
 1. Description EPI (n° série, modèle, marque, n° interne,…)
 2. Date de fabrication (marqué sur tout EPI)
 3. Date de première utilisation, date d’achat,… et en
découle l’éventuelle DATE DE PEREMPTION (cf notice et prescriptions obligatoires du fabricant) si produit soumis à vieillissement
 4. Entretiens ou surveillances annuels ou plus (qui? quand? Signature) + éventuelles réparations
 5. Contrôles Périodiques (EPI plongée non soumis : liste 19/03/1993)
 6. Procédure hygiène et désinfection si nécessaire
 7. Date finale de sortie du stock et destination (vente, rebut,…)

Qui fait la surveillance/entretien des EPI ?

 
Les textes ne parlent pas d’un diplôme, une formation type,… Il est juste écrit (arrêté du 22/10/2009) :
« – maintien en état de conformité : la nature et la périodicité des inspections réalisées suivant les instructions figurant sur la notice du fabricant, la nature des réparations réalisées, la nature et la date des incidents survenus sur l’équipement, l’indication datée du remplacement d’éléments interchangeables ; »

==> Position retenue par la DGCCRF pour ses contrôles :

« La personne qui a été désignée et formée pour ».
Doit donc pouvoir nous justifier de sa connaissance des EPI qu’elle gère et surveille par tout moyen que ce soit : diplôme sportif, certificat de formation chez le fabricant, ancienneté dans le métier, formation interne validée par le responsable de l’entreprise (président de l’association),…
En outre, elle enregistre sa surveillance en notant son nom (initiales), la date et sa SIGNATURE (engagement que la surveillance est faite correctement).

DUREE DE VIE D’UN EPI ?

La référence : la notice du fabricant!
Qu’est ce qu’il a écrit?
– EPI métallique : a priori pas de péremption sauf usure normale, chocs, …
– EPI dit « textile » ou « plastique » : délai théoriquement calculable en fonction de la notice et de l’utilisateur Ex. : détendeur : peut s’utiliser à vie tant qu’entretien correct et pas de choc A regarder dans la notice pour la combinaison et le gilet stabilisateur

Lors du contrôle :

1) Vérification de l’application des prescriptions de la notice fabricant et maintien en état de l’EPI :

– Vérification de l’ETAT physique des EPI (si déchirure, flottabilité, chocs et usure,… recherche d’indices de non conformité).

 – Adaptation de l’EPI à l’utilisateur (taille du casque, du gilet,…)

 – REGLAGES sur l’utilisateur (baudrier, gilet de sauvetage avec sous cutale, mentonnière casque bouclée,…).

 – Consignes de sécurité écrite affichées et briefing de sécurité oral.

 – OGS : obligation générale de Sécurité (article L.221-1 du code de la consommation) : Article L. 221-1. – « Les produits et les services doivent, dans des conditions normales d’utilisation ou dans d’autres conditions raisonnablement prévisibles par le professionnel, présenter la sécurité à laquelle on peut légitimement s’attendre et ne pas porter atteinte à la santé des personnes. »

EN CAS D’ABSENCE de fiche de gestion (ou incomplète), quelles suites ?

 Règlementation2
Pouvoirs de suites du livre II Code de la Consommation :
– Simple avertissement (en cas de mention manquante).
– Rappel de sécurité en cas de non réglementation (OGS) :
Cela fera foi en cas d’accident et enquête judiciaire (cf délit : preuve de l’intentionnalité)
– Injonction de créer ces fiches : L.218-5-1 CC.
– Destruction volontaire des EPI en piteux état.
– Arrêté préfectoral de fermeture de tout ou partie de la société (association) : L.221-6 CC si mise en danger des utilisateurs.
– PV contraventions de 3750€/Epi (Code du travail L4741-9) pour non mise en place de ces fiches, voir PV de délit (tromperie / pratique commerciale trompeuse).
– Article 40 : mise en danger de la vie d’autrui.
 
– Plus si affinité …

CESSION d’un EPI d’occasion (revente ou don à un club)

En cas de cession d’un EPI, le vendeur doit fournir au preneur :
– la notice du fabricant
– l’original de la fiche de gestion (en conserve la copie pendant 3 ans)
– un certificat de conformité du vendeur (engagement)

Attention!

Ne peuvent être cédés selon la réglementation  :
– Casques d’équitation … ca ne devrait pas nous poser de problème
– EPI périmés (date dépassée)
– EPI ayant subi un dommage, même réparés
– EPI chute de hauteur (escalade)
– Attention aux gilets de sauvetage qui « coulent » souvent après 3-5 ans d’utilisation…

Ne sont pas considérés comme EPI :

– Ordinateur de plongée
– Boussole
– Lest
– Bouteille
– Palme

liens_utiles1